Originaire de Creissan (Languedoc), c'est dans la région de Béziers que Roger Calmel accomplit ses premières études musicales. En 1944, il rejoint Paris pour étudier la composition à l'école César Franck, avant d'entrer au Conservatoire de Paris où il fréquente notamment les classes d'Olivier Messiaen (esthétique) et Darius Milhaud (composition). Il complète encore sa formation au contact de Pierre Schaeffer, autour du Studio d'Essais de la Radio.

Les années suivantes voient naître les premières grandes œuvres, dont certaines obtiendront d'importantes distinctions (Premier Prix de la Ville de Paris pour le Concerto grosso pour quatuor de saxophones et orchestre en 1958, Premier Prix de la Confédération Nationale de France en 1959, Grand Prix du concours international de composition de Divonne en 1960 avec l'Hommage à Gossec, Grand Prix de musique de chambre de l'Institut de France en 1976 …). C'est à cette époque que s'affirme véritablement la personnalité musicale de Roger Calmel, au travers d'un langage d'essence atonale, qui ne renie cependant ni la polytonalité, ni l'usage de pivots tonaux.

En 1963, Roger Calmel est nommé professeur à la Maîtrise de la RTF et, de 1979 à 1991, dirige le Conservatoire " Darius Milhaud " du XIVème arrondissement de Paris. De 1991 à 1998, il est inspecteur des Ateliers Musicaux de la Ville de Paris. Ces activités pédagogiques ne furent pas sans influencer la carrière du musicien, qui consacra dès lors (à compter des années 1980) une grande partie de son activité à l'écriture de nombreuses œuvres de musique vocale, à la demande du mouvement " A Cœur Joie " et de divers festivals et chorales. Cette orientation fut à l'origine de mutation stylistique, manifestée au travers d'une écriture limpide, reflet d'une attention polyphonique particulière.

C'est cette même tendance (orientée, à l'instar de nombreux compositeurs contemporains vers une plus grande simplicité), qui a toujours guidé la démarche du compositeur Roger Calmel.

© 2017 webmaster@rogercalmel.com